Antebellum
24 avril
 
Black Widow
01 mai
 
Greyhound
08 mai
Horreur/Thriller
 
Sci-Fi/Action
 
Guerre/Historique
 

 

 
                                                                               
 



A Quiet Place Part II: 2020

Horreur/Thriller.
     
Avec: Emily Blunt, Noah Jupe, Millicent Simmonds.


Un film de: John Krasinski.


En salle ( à valider).

Après les événements mortels survenus dans sa maison, la famille Abbot doit faire face au danger du monde extérieur. Pour survivre, ils doivent se battre en silence. Forcés à s'aventurer en terrain inconnu, ils réalisent que les créatures qui attaquent au moindre son ne sont pas la seule menace qui se dresse sur leur chemin.

     
 

The Invisible Man: 2020

Horreur/Sci-Fi.
     
Avec: Elisabeth Moss, Oliver Jackson-Cohen, Harriet Dyer.

Un film de: Leigh Whannell.

 


Cecilia Kass est en couple avec un brillant et riche scientifique. Ne supportant plus son comportement violent et tyrannique, elle prend la fuite une nuit et se réfugie auprès de sa sœur, leur ami d'enfance et sa fille adolescente.
Mais quand l'homme se suicide en laissant à Cecilia une part importante de son immense fortune, celle-ci commence à se demander s'il est réellement mort. Tandis qu'une série de coïncidences inquiétantes menace la vie des êtres qu'elle aime, Cecilia cherche désespérément à prouver qu'elle est traquée par un homme que nul ne peut voir. Peu à peu, elle a le sentiment que sa raison vacille…
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L'abandon de la maison de production parallèle Dark Universe, ne semble pas empêcher Universel de vouloir revoir ses classique de l'horreur; Effectivement sous Dark Universe, nous avons déjà eu droit à une version particulière mais bien de Dracula (Dracula Untold) et en 2017 ce flop incroyable de The Mummy avec Tom Cruise. D'ailleurs c'est suite à cet échec que Dark Universe fermait ses portes.

Ici, on remet ça avec The Invisble Man, initialement paru en 1933, et qui mettait en vedette Claude Rains (aussi du Phantom of the Opera). Personnellement, ce que je comprend absolument pas, est pourquoi la firme Universel titulaire de tous ces classiques du genre (The Wolfman, Frankenstein, etc.) n'a même pas le respect des ses propres productions? On ne parle pas ici de "remake" qui ont été fait par des sociétés externe ou de bas étages, non par eux même! Très étrange, parce que jusqu'à présent, ces dites "reprises" sont soient correctes (un seul) ou tout simplement très ordinaires, n'ayant absolument rien à voir avec les originaux... Totalement dénaturés.

The Invisible Man n'y échappe pas, puisque le scénario est à des années lumières de la première version. Ce scénario n'est pas mauvais, je dirais même qu'il était intéressant, mais il aurait due s'appliquer à une autre production et surtout un autre titre! Ce film est très psychologique et cet aspect est bien, mais par contre il est plutôt lent et il traîne, ce n'est pas très accrocheur.

Ce que je trouve le plus déplorable dans tout ça, est vraiment le fait que jusqu'à présent, tous ces réalisateurs qui s'attaquent à ces titres, ne semble avoir aucune notion de ce que le terme "classique" signifie!

     


 

Come to Daddy: 2019

Comédie/Horreur/Thriller.
     
Avec: Elijah Wood, Stephen McHattie, Madeleine Sami.

Un film de: Ant Timpson.

 


Après 30 ans sans nouvelles, Norval (Elijah Wood) reçoit une lettre de son père, souhaitant qu'il vienne lui rendre visite, mais sans explication. Il fait donc un long trajet pour s'y rendre pour finalement rencontrer un homme isolé de la société, déchu par l'alcool (Stephen McHattie). Sa maison étrange est située profondément dans une forêt, tout prêt d'une plage; loin de tout. Alors que Norval tente de découvrir la raison essentielle pour laquelle il s'y trouve, les deux hommes se dévoilent peu à peu à travers des mensonges soupçonneux, créant une atmosphère lourde de malaise. C'est à ce moment que les évènements prennent des tournures de plus en plus étranges.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il y a des films desquels ont ne sait pas trop quoi en penser... Come to Daddy est un de ceux là, et je crois que les seuls mots qui me viennent à l'esprit sont "bizarre et pas très bon!"

   
 

1917: 2019

Guerre/Drame/Historique.
     
Avec: George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong.


Un film de: Sam Mendes.





Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d'un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Oui, j'avais beaucoup d'attendes envers 1917, et elles n'ont pas toutes été comblées. Cela ne m'aura pas empêché d'apprécier le film par contre! Ma déception principale est le manque flagrand d'action, qui pour ce genre de film aurait été naturel d'en retrouvé, mais bon... En fait si bout à bout on y retrouve 15 minutes où ça brasse un peu, c'est pas mal tout!

Par contre, en écoutant 1917 d'un autre oeil, soit celui de se mettre à la place du Caporal Schofiled (George McKay), la perspective devient tout autre et cela m'aura permis d'embarquer dans cette histoire de grande tourmente, là ou la vie ne tenait vraiment qu'à un simple fil fragile. 1917 est superbement tourné, les prises de vue sont prenantes et très souvent les scènes n'auraient pas eu besoin de dialogues, tellement elles étaient évocatrices. J'ai bien ressentit le désarrois de ce jeune Caporal laissé à lui même dans une mission ou personne ne le croyait apte à réussir.Les interprétation sont très bien, le scénario est solide malgré le peu d'action réelle, mais la tension est palpable. L'histoire serait vrai et aurait été raconter par la suite; Si c'est le cas, 1917 prend encore plus d'importance historiquement selon ma vision des choses.

Un bon film et très bien fait, qui s'adresse principalement à ceux qui sont qui curieux de cette page d'histoire sombre et meurtrière, mais qui fait partie de du présent.

   
 

The Grudge (remake): 2019

Horreur.
     
Avec: Andrea Riseborough, Demian Bichir, John Cho.


Un film de: Nicholas Pesce.

 






Inspirée du film JU-ON de Takashi Shimizu.

En 2004, une infirmière, Fiona Landers, assassine son mari et leur petite fille âgée de six ans dans sa demeure en Pennsylvanie. Les Détectives Goodman et Wilson enquêtent sur les meurtres. Mais il s'avère que la résidence est hantée. Peu de temps avant le meurtre, Fiona a fui précipitamment Tokyo après avoir aperçu les fantômes d'une jeune japonaise, Kayako Saeki, dans un autre domicile inquiétant... Possédée par elle, Fiona tua ses proches avant de se suicider. Désormais, tous ceux et celles qui pénétreront dans sa demeure se verront maudits à leur tour par les fantômes de sa famille...
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'ai toujours penser que la voix simplifiée de faire du cinéma à grande échelle, était de reprendre le scénario d'un film qui aura connu un certain succès et de le refaire et/ou le modifier. Et j'ai toujours eu en tête que le but de ce processus était de bonifier l'oeuvre. Il faut bien espérer!

Mais dans la réalité, c'est rarement ce qui se produit malheureusement. Et trop souvent, c'est la voix facile de production sans trop se casser la tête et surtout de pas avoir à payer une écriture originale! Avant de visionner ce "remake" de The Grundge, j'ai réécouté l'original, qui est correcte mais sans plus. Mais comparativement à ce navet qu'est cette nouvelle version, l'original semble être un véritable chef-d'oeuvre!

Quel film poche et ennuyant!

   
 

Zombieland - Double Tap: 2019

Horreur/Action/Comédie.
     
Avec: Woody Harrelson, Jesse Eisenberg, Emma Stone.


Un film de: Ruben Fleischer.




Le chaos règne partout dans le pays, depuis la Maison Blanche jusqu'aux petites villes les plus reculées. Nos quatre tueurs doivent désormais affronter de nouvelles races de zombies qui ont évolué en dix ans et une poignée de rescapés humains. Mais ce sont les conflits propres à cette « famille » improvisée qui restent les plus difficiles à gérer…
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le nouveau chapitre de la "saga" Zombieland est assez divertissant, et comporte quelques bonnes blagues bien placées. C'est le genre de film qui ne demande aucun efforts cérébrales et qui met en scène des personnages colorés qui ne prennent pas au sérieux. Par moment assez violent Double Tap tire du fiolm d'horreur à tendance "kitch" comme ses bonnes veilles production des années 50. Rien qui passera à l'histoire, mais ce n'est pas nécessaire, puisque Zombieland Double Tap est exactement ce pourquoi il à été réalisé; Soit pour la pure distraction un point c'est tout.

Si vous êtes amateur de films de zombies, et que vous voulez sortir un peu des sentiers battus trop sérieux, c'est un titre à voir!

   
 

Star Wars: Épisode IX, finale - The Rise of Skywalker: 2019

Sci-Fi/Action.
     
Avec: Daniel Radcliffe, Samara Weaving, Rhys Darby.

Un film de: J.J Abrams.



Environ un an après la mort de Luke Skywalker 2, la Résistance tente de survivre face au Premier Ordre, désormais mené par un nouveau Suprême Leader, Kylo Ren. Une rumeur agite cependant toute la galaxie : l'Empereur Palpatine serait de retour. Palpatine offre à Kylo une immense flotte, avec laquelle il pourrait régner en maître incontesté sur la galaxie. En échange, le fils de Leia et Han Solo doit tuer Rey. Kylo Ren accepte et demande alors à Palpatine des explications sur les origines de la jeune femme. Tandis que Rey s'entraîne sous la houlette de la Générale Leia Organa, Kylo Ren cherche finalement à défier Palpatine, qu'il considère comme une menace à son pouvoir.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
The Rise of Skywalker, ce neuvième épisode qui met un terme et/ou qui ferme la boucle de cette fameuse saga "originale" qui dure maintenant depuis 42 ans! Saga institué par George Lucas en 1977, et qui faut bien le dire, qui aura su se faire attendre longtemps parfois, et dont les dernières cinq années nous auront au contraire propulsé régulièrement un nouvel épisode. Par contre pas toujours à la hauteur des attentes des fans... et qui aura aussi subi de nombreuses adaptations parfois discutables, voir dilution de l'idéologie initiale. En 2015 avec The Force Awakens, qui pour les fans, s'était avéré être une production fade et beaucoup trop "Walt Disney familial" et s'était avéré plutôt décevante!

C'est à J.J. Abrams que la mission aura été confiée de créer les trois derniers épisodes et aussi, de fermer la boucle ; Est-ce une bonne chose? Selon moi, pas pour l'ensemble de l'oeuvre en cause. Où est-ce à Disney qu'il faut adresser les reproches? Selon moi, les deux partis sont tout aussi impliqués l'un que l'autre!

Il devenait évident que lorsque Lucas a vendu son oeuvre à Disney, que les choses étaient pour changés, mais qui aura pu prévoir que cela aurait été à ce point... De toute manière ce qui est fait en fait, et quoi qu'il en soit honnêtement, il n'y a pas eu que des choses décevantes dans ses trois derniers films. Chaque productions avaient de bons moments (oui d'accord ce n'est pas suffisant), mais à mon humble avis, ce fût un forme de crescendo d'une production à l'autre, même si c'était un peu maladroit et peut-être involontaire? Il y a tout de même eu une forme de bonification. Je crois que ce qui est le plus reproché aux productions de Disney/Abrams est d'avoir modifier la vision que Lucas et que les fans en avaient, en une espèce de présentation dite "on va aller chercher le plus de gen$ possible, et tant pis pour les vrais amateurs". J'avoue que cet aspect mercantile envers les jeunes est un peu insultant. Mais après tout, à la base n'oublions pas qu'il s'agit bien d'une forme de conte pour enfants, soit un chevalier qui sauve une princesse... n'est-ce pas? Et oui c'est bien le cas, mais en même temps personne ne voulait que les choses en restent là, et personne ne voulait que les choses en reviennent là. Et au final c'est généralement ce qui s'est passé...

Est-ce que j'ai apprécié Rise of Skywalker, et bien oui et non. Oui pour avoir vu la fin de la saga. Oui, parce qu'il y a eu de très bonnes séquences. Oui, parce qu'on y fait quelques beaux clin-d'oeil à la saga originale. Oui parce que c'est assez intenses par moments, et oui parce que graphiquement il est superbe. Et non, parce même plus court de 10 minutes que The Last Jedi, The Rise of Skywalker m'aura quand même paru pas mal plus long de par ses étirements. Non, parce que je lui ai trouvé des segments inutiles et qu'ils s'étirent parfois. Non, parce que certaines scènes sont du types "allez, pleurez tous c'est la fin!" Non, parce que j'ai eu l'impression que J.J. Abrams répétait l'expérience avec la série Lost, et qu'il ne savait plus trop comment terminer la production et la saga. Non, parce que certaines scènes numérisés avec Carrie Fisher frisent ne sont pas très convaincantes, et non parce que le titre est bizarrement justifié à la dernière scène...

Au final, considérant les pour et le contre, The Rise of Skywalker aura tout de même réussit à me divertir et me faire dire "OK, la fin est relativement concluante" et j'aurai eu tout de même un bon moment de cinéma. Et chose suprenante, moi qui n'aimait pas le personage de Kylon Ren et l'acteur qui l'interprète, soit Adam Driver, ici il s'est avéré beaucoup plus acceptable. Maintenant, J.J. Abrams, ne toucher plus à Star Wars svp!